Tous les articles classés dans : MOMMYHOOD

Kalimera!

Alors un petit coucou fraîchement rentrée de Crète , ça me vaudra bien un petit pardon, non? L’Ôm, les zikettes et moi sommes étions à Platanias près de Chania pour nos premières vacances tous ensemble, et c’était la rupture qu’il nous fallait avec l’été automnal que Stavanger nous a servi cette année. Il a fait beau et très chaud, l’hôtel était agréable, le staff serviable et la bouffe, délicieuse! Comme la plupart des parents de jeunes enfants, nos journées se sont passées autour de la piscine, à regarder les pirouettes aquatiques de la grande Yayah, à courir après la petite Ari, à en avoir marre qu’elles n’écoutent rien, à faire des relais de 15 minutes de bronzette /lecture/musique/ tout en gardant l’une ou l’autre des princesses au coin de l’oeil , à partir en catastrophe pour les missions couches ou pipi, à se demander quand elles auront 18 ans et quitteront la maison, à se regarder, rire un grand coup et réaliser à quel point nos plans de détente étaient farfelus. J’allais lire « Americanah » et lui « The Cartel », …

Lundi 1er

… septembre. Lundi premier septembre deux mille quatorze. Pour moi qui suis une maniaque du « bon moment », un lundi premier ne pouvait être plus opportun pour un nouveau commencement. D’ailleurs je ne compte plus ni les lundis, ni les 1ers qui se sont succédés et terminés sans que les bonnes intentions ne puissent laisser place aux bonnes actions. Ni eux, ni les autres innocents jours de la semaine ou dates qui furent à leur tour sacrifiés faute de n’avoir été un lundi, ou un premier du mois. Qu’à cela ne tienne, il n’est, en effet, jamais trop tard pour bien faire! 4 mois quasiment après cet état des lieux mi figue mi raisin sur mon blues de grossesse, me revoilà donc avec tout plein de nouvelles à partager avec vous, la plus importante étant comme vous le savez déjà (si nous sommes connectés via Instagram ) l’arrivée à la fin du mois de juin de notre précieuse petite Ariella. Je prendrai le temps de vous conter son arrivée comme il se doit, mais je peux …

Du blues de la bonne nouvelle

S’il est vrai que l’hiver et les petits bobos de l’âme avaient mis mon niveau d’énergie à plat, il y eut aussi à ce fait une toute autre raison. Une bien plus gaie et positive que beaucoup d’entre vous ont devinée, ou tout au moins soupçonnée. Nous attendons en effet un heureux événement pour cet été. Bien que j’en sois déjà bien dans mon 3ème trimestre, j’ai l’impression de ne commencer que maintenant à réaliser ce nouveau cap que nous nous apprenons à franchir. Vu mon état physique et moral dans les premiers mois, j’ai plus subi que vécu cette attente, en ayant l’impression que 40 semaines (éliminons dès à présent la possibilité que ça aille au delà) seraient interminables! Il est vrai que j’ai eu dès le départ la mauvaise bonne idée de jouer au jeu des comparaisons, ou pire encore, à celui d’anticiper sur les 40 semaines à venir. Je venais de me séparer d’un boulot qui avait cesser de me convenir, mais j’avais très à cœur de me réorienter vers un projet qui m’occuperait …