MOMMYHOOD
14 commentaires

Afro like me

Je ne me suis jamais vraiment penchée sur la question de la représentation des minorités dans les médias. Certes, j’ai été une ivoirienne en France, et je suis maintenant une ivoirienne en Norvège, mais je ne m’offusquais pas plus de l’absence de différence quand je tournais les pages d’un magazine ou regardais une série télévisée. Du moins, pas personnellement. Grandir en faisant partie de la majorité m’avait permis de traverser une grande partie de ma vie sans me poser ces questions.

Depuis les choses ont changé. Être expatriée, cotôyer plus de personnes engagées sur l’égalité, et surtout, devenir la maman d’une petite fille métisse. Prendre conscience que ma fille pourrait être discriminée ou pire se sentir invisible dans la société où elle grandira m’a fait prêter beaucoup plus attention aux drapeaux rouges, tout comme aux petits indicateurs qui me donnent le pouls de la multiculturalité autour de moi.

Lorsqu’Amayah s’est écriée : « Se mamma! Amayah sitt hår! » (Regarde maman, les cheveux d’Amayah!) en montrant cette photo de Julia du doigt, ca m’a fait énormément plaisir. Ca n’est peut être rien aux yeux de beaucoup, mais sans faire de l’ethnocentrisme de base  je me suis dit que pour une petite fille couleur café au lait portant fièrement son nuage de coton en pleine Norvège, de voir quelqu’un qui lui ressemble dans un magazine ne pouvait être qu’une belle réaffirmation de son existence, de sa différence.

14 commentaires

  1. Très bel écrit… Vraiment! Je me suis bien retrouvée dans la 1ère partie où tu expliques comment avant tu ne prêtais pas attention au manque de différence… Étrangement je m’y suis encore plus intéressée d’une part en lisant et écoutant des personnes engagées mais aussi en pensant à mon futur enfant qui sera aussi métisse et là ça m’a fait peur… Je comprends tt à fait ce que tu as dû ressentir en écoutant ta fille… Qui en passant est juste à croquer!

    Bises

  2. Rosy dit

    Génial et c’est vrai que c’est important pour elle, pour les enfants avec lesquels elle va grandir! Et je crois qu’il faut qu’ils voient aussi des « Julia », plutôt que de ne s’écrier “Se mamma! Amayah sitt hår!” uniquement devant les vidéos de Sean Paul…

  3. Mouaaaahhh elle est trop mimi ! (ta fille, et aussi la jolie fille dans le zine !).
    Je crois que pour beaucoup de choses aussi le questionnement commence quand on a des enfants pour lesquels (justement) se questionner ^^
    Bises

  4. Très joli article, bravo, c’est touchant
    C’est drôle car ma nièce de 2 ans, elle aussi metisse avait dimanche la même coupe afro ça m’a fait rire
    Bisous bisous
    Yuli

  5. Enfant, c’était plutôt les adultes qui me faisaient remarquer mes différences en voulant toucher mes tresses et en ajoutant la question habituelle : « Ça a pris combien de temps ? » Du coup, mes amies – qui n’en avaient strictement rien à faire de mes cheveux et qui voulaient seulement qu’on puisse s’echapper au plus vite pour aller jouer – prenaient les devants devant leurs parents, en lançant un « Elle aime pas qu’on touche ses cheveux », et hop on s’envolait 🙂

  6. Etant enfant métisse, je peux te dire qu’on vit peut être mal certaines discriminations au début, en étant enfant, mais être confrontée à celles-ci etant maintenant jeune adulte, c’est super rare et vraiment marginal. J’en parle dans mon blog si jamais ça te dit :3

  7. Je me fâche beaucoup à ce sujet, car que ce soit à la publicité, dans les médias, dans le monde de la mode et de la beauté (vive Ethnicia et consœur) les politiques, où même les « stars », les minorités restent des minorités qui ne sont absolument pas représenté en France.

    Et en n’ayant pas d’image de ce que l’on est, là où l’on vit, c’est quand même bien plus compliqué de ce construire et de s’identifier aux autres, mais heureusement on y arrive.

    Moi aussi je suis maman d’une métisse ivoirienne, mais j’arrive pas à la coiffer comme la tienne!

  8. C’est écrit avec beaucoup de simplicité et de justesse. Ta fille est magnifique.
    Je suis blanche comme mes fesses mais j’ai moi aussi des bouclettes toutes folles.
    Quand j’étais petite, ça ressemblait plus à une affro.
    A l’adolescence, j’ai tiré sur ma tignasse et lissé mes cheveux quotidiennement, pour rentrer dans le moule, la norme, être comme tout le monde, comme toutes mes copines, comme les filles dans les magazines.
    Maintenant, je fais poussé mes cheveux, je les veux long très long et le poid détend les boucles : à mon grand désespoire.
    Ma tignasse, c’est ma différence, et c’est ce que j’aime le plus chez moi.
    Je me vois déjà, âgée, cheveux blancs comme neige, et toujours des grosses boucles sur mes épaules.
    Je suppose que ta fille fera pareil, pour ces cheveux comme pour sa couleur de peau.
    Par moment, elle se fachera de ce teint qu’elle ne peut pas changer. Et plus tard, elle l’aimera de tout son coeur.

  9. Anonymat dit

    « ça n’est peut-être rien aux yeux de beaucoup ».
    Pour moi si. Et je félicite aussi Amayah. Moi je n’ai su que j’étais noire que la première fois où j’ai mis pied dans mon pays d’origine (et j’étais plus âgée qu’Amayah). ça peut paraître bizarre mais à cet âge là, voire plus, on n’a pas encore vraiment la notion de couleur/race ou tout ce qu’on veut. On se voit tous comme des enfants, pareil donc je n’avais même pas conscience d’être une « minorité visible ». Le fait que elle arrive déjà à savoir qu’elle n’a pas les mêmes cheveux que papa ni que maman, qu’elle a des cheveux « spéciaux » et qu’elle sache s’identifier exactement à quelqu’un qui lui ressemble, ça prouve qu’elle est très intelligente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s