MOMMYHOOD
19 commentaires

Comment le lundi est entre dans mon coeur…

J’arrive encore a sentir l’excitation qui regnait au moment du depart de nos copains le dimanche 11 au soir, quand ils nous disaient en rigolant « Bon vous nous appelez hein a 2h du mat pour aller a l’hopital! ». On avait bien mange le bon Yassa que j’avais prepare, et passe du bon temps comme on le fait avec les amis qu’on aime. Tout le long du diner ce soir la, on avait senti qu’il se passait quelque chose. La perte du bouchon muqueux vers 5h y etait pour beaucoup! A terme +7, ca ne pouvait etre qu’un indicateur.

Au moment du coucher, l’Om a repete sa routine comme quasi tous les soirs depuis le tout debut du mois d’octobre :

– sac du bebe OK

– trousse de toilette du bebe OK

– dossier medical Bien en evidence sur le meuble du salon

– trousse de toilette de maman OK mais dans la salle de bain

– sac de maman Euh tout est plie et empile sur une chaise du salon…

Sauf que ce soir la, mon sac aussi etait pret, et n’attendait plus que ma trousse de toilette!

Quelques contractions, peu regulieres mais douloureuses pour une fois…

On se met au lit l’esprit en alerte! Et si c’etait le jour? Qu’est ce qu’il fallait faire? Bon deja, on surveille l’ecart entre les contractions et on essaie le test du Spasfon. Pas de Spasfon en vue… ni de Paracetamol, on va donc compter sur l’exactitude des intervalles…

Je recite 10 fois le « Je Vous salue Marie » et je lis le Psaume 22, comme me l’a recommande mon oncle la veille. J’aime le Psaume 22, j’aime un peu moins la transcription faite dans ma Bible, mais c’est un beau texte. Je l’aime particulierement en anglais, et specialement ce passage

« Deliver my soul from the sword; my love from the power of the dog. »

Passage cite en ouverture de « The power of the dog » par Don Winslow. Si vous n’avez pas lu ce livre, je vous le recommande vivement. Il est excellent!The Power of the Dog

Mais ou en etais-je?

La douleur.

Elle continue, s’en vraiment s’intensifier, mais cette fois je suis sure, ce sont bien des « rier » Yaaaaaaaaayyyyyyyyyy!! (ouii, je paierai ce cri plus tard). J’essaie d’avoir l’air casual, mais le papa commence a s’inquieter…

Une… encore une… 10 minutes plus tard, une autre… Ca fait bien une heure que mes contractions sont a intervalles reguliers de 10 minutes. Autour de minuit et demie (ou peut etre une heure), l’Om appelle la maternite. On nous recommende d’attendre que ca se reduise a 5 minutes.

La douleur s’intensifie, on sort du lit, l’Om frappe a la porte de maman, la tirant de son attente angoissee pendant qu’elle nous entendait chuchotter.

J’ai mal…

Je choppe mon pseudo matelas de yoga en disant a maman que c’est le moment ou jamais de me rendre compte si j’ai paye 15 euros par seance pour des prunes! Elle rit franchement, amusee et soulagee que j’ai encore l’energie de faire l’andouille! Pourvu que ca dure…

Yoga

La position du chat, inspirer, cambrer, expirer, arrondir… ca, ou le contraire… pendant 15 minutes j’arrive a etre distraite. J’aime beaucoup les pauses entre les contractions, on a presque l’impression que c’est un jour comme un autre! Et ca reprend de plus belle… Maman n’aime pas que je me mette dans la position du chat, peur que je contraigne la tete du bebe. Je ne sais pas qui ecouter, ma prof de yoga avait dit… Bon ca s’est calme.

L’Om a sa tete de scandinave, serieux comme une lettre de creances, mais en plus aimable. Il me tient la main, tripatouille nerveusement son telephone, verifiant l’heure a chaque fois.

Une longue plainte… et une douleur comme je ne m’y attendais pas… On est lundi 12 octobre 2009, et  j’accoucherai aujourd’hui, je me dis. Rythme des contractions, toutes les 5 minutes. Ca y est,  j’obsesse, je fais 5 allers-retours aux toilettes entre les differentes contractions! Il est hors de question qu’il m’arrive un « accident » lorsque l’heure sera venue.

J’ai tres mal… Il est 1h et demie et les contractions sont a 5 minutes d’intervalles depuis bien 20 minutes. L’Om a collecte les sacs et appele un taxi, maman tient son chapelet et l’egrenne intensement.

Une derniere petite douloureuse pour la route, et ca y est nous y sommes.

SUS7e etage, a gauche en sortant de l’ascenseur, on arrive, on s’annonce, on attend un peu, j’essaie de marcher et de me souvenir des conseils de Christel  » The contractions are the only way you will get to deliver your baby naturally, you need them. Do not fight them, just… surrender! ». Je marche dans les couloirs, mais pas ces marches cocasses qui me faisaient bien rire au yoga, non, je marche du pas crispe et contrarie de quelqu’un qui a putain de mal a tout ce qui se trouve entre les hanches et les genoux.

2h 10: Salle de monitoring, tout va bien, battements reguliers autour de 140 ( ou 130, j’sais plus)… Inspection du col, col refoule, c’est bon! Dilatation: 2 cm.

Pour 2 cm ma bonne dame, me dit la sage femme, soit je vous file 2 paracetamol, 1 cachet pour dormir, vous rentrez chez vous, vous dormez 2-3 heures et vous revenez quand vous etes a 5 minutes d’intervalles, soit vous restez ici, mais je vous previens, ca peut etre long, chiant et stressant d’attendre ici, 2 cm, c’est pas pour bientot que vous allez pouvoir accoucher… J’avais trop mal pour reflechir (et lui retorquer que je suis a 5 min depuis une demie heure) mais je sentais le plan foireux. Heureusement maman et l’Om etaient du meme avis que moi: on reste et on attend de voir.

Chambre de travail, j’suis censee dormir et attendre quelques heures, mais les contractions ne s’arretent pas, au contraire, elles s’intensifient. J’en veux bien des 2 paracetamol madame, et puis d’ailleurs, peut etre que je vais changer d’avis concernant la peridurale. Je ne pense pas survivre au choc de ces contractions pendant 7 heures… ni meme 5, ni 4, ni 3 vu comme le temps semble passer lentement! Elle me conseille d’attendre une heure, d’y reflechir et de la prevenir. L’Om me demande si c’est vraiment ce que je veux… Je sais que non, depuis le debut, j’ai voulu vivre entierement la venue de mon enfant au monde, mais la, a ce moment la, j’aimerais ne plus rien sentir.

Je me noie dans la douleur. Je respire de moins en moins bien, les plaintes sont de plus en plus longues, maman remet mes tresses en place et essaie de me recouvrir, ca m’agace mais je suis heureuse qu’elle soit la, je lui serre la main, l’Om me tient l’autre et me regarde intensement. On ne se dit rien, mais on sait. Ca continue ainsi pendant un moment interminable…

Je perds pied. Je perds ma contenance (oui, jusque la, je souffrais dignement!), je ne respire plus que par saccades, je suis epuisee par ces contractions qui ne se sont pas arretees depuis… Et voila qu’a la fin de chacune, je sens le besoin tres pressant d’expulser.  » Surtout pas!!!!!!!! » Maman est debout pres de moi, chapelet a la main, son coeur de mere en peine. L’Om appelle la sage-femme, faites quelque chose! Elle a trop mal!

Respirez longuement… Detendez vous et respirez! Et surtout ne poussez pas! J’essaie de me retenir mais je n’arrive pas, je pousse en y mettant le moins d’energie possible, mais je pousse. Maman redouble d’intensite dans ses prieres. Inspection du col: 8-9 cm!  1h30 depuis mon arrivee a la maternite! Brutal, mais efficace. La dame hallucine un peu de la rapidite et de la violence de tout ca, mais essaie de me rassurer. Ne me dites pas de me calmer, ne me dites pas de respirer, faites moi juste descendre au 4e et mettez cette aiguille dans mon dos!  Ah bah, ca va pas etre possible, a 9 cm, vous aurez accouche avant de ressentir les effets de la peridurale. Misere, Malheur, du gaz alors, du gaz pour ma survie! Oh oui qu’elle me repond, du gaz, vous en aurez!

C’est reparti pour un tour… J’essaie d’ignorer les contractions, de retenir le plus possible le moment ou je perds le controle de ma respiration, de mon corps, de mon esprit, histoire d’arriver a me dire que la contraction ne dure que le moment du pic, mais ca devient de plus en plus difficile. Une longue plainte s’echappe de mes levres, maman ne me regarde plus; peut etre parce que ses yeux ne peuvent plus contenir leur peine, peut etre parce qu’elle sait que je n’y trouverai plus la force de continuer… je ne sais pas, quoiqu’il en soit, je ne vois pas ses yeux, mais j’entends sa voix qui me dit “Carole, ne pousse pas!!! Pas sur le col, pas avant que le bebe ne soit engage, c’est dangereux!”. Ne pas pousser, ne pas pousser, j’y pense et puis j’oublie…L’infirmiere revient secondee d’une collegue et m’annonce que je vais etre transferee en salle d’accouchement… On va vous percer la poche des eaux et la…

J’ai leve la main pour reclamer le silence… je me decouvre despote, ou plutot je me revele! Du silence, car maintenant, les contractions s’annoncent depuis mes orteils… Comme des crampes qui remontent le long de mes jambes et se transforment en spasmes quand tout mon etre en est pris. Je ne pense pas qu’il se soit deja ecoule 2 minutes depuis la contraction precedente,  mais avant que je ne realise, l’envie de pousser me reprend, mais cette fois, pas du bon canal. Ma hantise pourtant depuis le debut, c’est bien d’avoir ce petit accident que tant de femmes ont au moment de l’accouchement. Je demande a me lever, comprenez vous, c’est une urgence. Je veux bien etre, les 4 fers en l’air et la fouf mal rasee, offerte a vos regards compatissants, mais 1- “Ceci” est une affaire personnelle, 2- qu’est ce que je dirai a ma fille? L’infirmiere me deboute tres calmement, en m’expliquant que ca n’est pas possible. Je me retiens, et je me detends. Grace a Dieu, ca n’etait qu’une fausse alerte. En revanche, j’annonce presque gaiement que ma poche des eaux vient de rompre. Malheureusement me fait on remarquer, ca n’est pas ce que tu crois! La salle d’accouchement est prete a me recevoir, merci pour la diversion, je n’aurai pas a mourir de honte.

Me lever declenche une bien intense vague de douleur. Je claudique peniblement vers la salle, car les infirmieres ont eu la bonne idée de laisser la chaise roulante a mon point de destination. A mi chemin, je m’effondre a meme le sol et je peux sentir que ma mere voit rouge! On me releve et on m’installe dans le lit.

4h. Ca y est, je suis en scene… Ici naitra celle dont le Coeur bat en mon sein. J’y pense et je me sens bien, 1/10 de secondes a peine, car voici que les contractions reprennent. Je serre la main de l’Om, plus que je ne l’ai jamais serree. Peut etre que je crie, ou disons laisse sortir un long et sonore Haaaaaaaaaaaaa! Maman revient pres de moi, essaie du mieux qu’elle peut de me remettre les meches en place, je ne supporte plus que ses mains essaient de mettre de l’ordre la ou le chaos s’est desormais ancre. Je lui demande d’arreter et de prier pour moi! A cela, personne n’arrivera jamais aussi bien qu’elle. Elle comprend et recule. Je t’aime maman, mais les mains de mon Om sont celles qui m’accompagneront au bout de cette aventure. D’ailleurs, plus que de ses mains, c’est de tout son etre que j’ai besoin. Je lui demande de s’installer dans le lit, derriere moi, et de me tenir. Nous sommes prets.lystgass

Mon gaz, il est ou le gaz? Il me faut le gaz! L’infirmiere sort et revient avec en tout et pour tout des plates excuses. Le gaz est en ce moment meme en train de soulager les douleurs d’une autre. Je n’y aurai pas droit. Je m’en desole, mais l’Om prend les choses en main et m’ordonne d’oublier ce gaz. Je l’oublie.

1e contraction. Ca y est, je pousse. Une fois, deux fois. Arretez vous. C’est bien, mais la prochaine fois, inspirez, bloquez, pousser sans relacher l’air, en tirant sur les jambes comme au rameur et en ramenant le menton vers la poitrine. Euh, ok, t’es mignonne, mais ca fait beaucoup d’informations a la fois ma chere!

2e contraction. Je respire longuement, j’inspire, je bloque, je pousse en tirrrrrrant sur mes jambes comme au rameur et je ramene le menton vers la poitrine, une fois, deux fois.

… Je crois avoir pousse comme il faut. Je ne serais pas en train de ressentir ce que je ressens si ca n’etait pas le cas. Je suis tres proche de savoir ce que signifie ecartelement. Je tourne de l’oeil tellement la douleur/l’emotion/la confusion est vive. Je respire par saccades, la panique n’est pas loin. On me rassure, vous etes sur la bonne voie, on voit la tete… et plein de jolies boucles, vous pouvez toucher ses cheveux. Je touche du bout du doigt, hesitante a l’idee de rencontrer une tete pointant de cet endroit, mais curieuse de sentir un petit bout d’elle. Je sens au passage que le symbole de ma feminite est dans un triste etat. Chassons vite ces pensees! Il ne me reste que peu d’energie, et je sens les fourmillements monter.

 

3e contraction. Je connais la musique, je pousse de toutes mes forces, toutes celles qui n’avaient pas encore ete epuisees a contenir la douleur… Melting down, je crie, Oh God, I can’t do that anymore, I can’t! La dame dit de ne pas pas s’arreter la, que la tete est presque sortie, vous pouvez toucher sa tete, toucher ses cheveux… Je touche, elle est la, je la veux mais je ne peux pas.
Maman est passee de l’autre cote de la piece, elle prie, le Pere, la Mere, le Fils et le Saint Esprit! Je me demande laquelle des douleurs est la pire, mettre son enfant au monde ou voir son enfant souffrir quand on ne peut rien faire!

Je me tourne, je regarde mon type, son coeur se tient dans ses yeux. Il pleure, je n’ai jamais vu autant d’amour et d’emotions dans deux yeux. Je lui dis que ca va aller, que je fais ca pour nous et que bientot on sera une famille.
Il me regarde l’air etonne… Ne sachant pas d’ou est venu cet éclair de lucidite. Il faut dire que depuis un moment, mon corps et mon esprit se regardent sans vraiment se melanger.

4e contraction. J’ai mal, j’ai peur, je ferme les yeux. Inspire, bloque, tire, et pousse, une fois,  on a la tete, c’est bien, je pousse une seconde fois, et une 3e a la demande de l’infirmiere. Avant que mon esprit ne puisse encader le “mais c toujours en 2 fois, pourquoi faut-il que je pousse une 3e???” (on est une pinailleuse ou on ne l’est pas!), je l’entends pleurer, et j’ouvre les yeux!

4h20. Ma (notre) fille est nee!  Je la regarde, sans trop y voir ni y comprendre grand chose. On l’examine, l’enveloppe dans une serviette aussi dure que du crin (faudrait qu’ils m’expliquent ce qu’ils ont contre l’adoucissant!!!) pour la debarbouiller, et on la pose sur mon ventre, encore couverte de sang et de mucus.

Elle est belle, avec des grands yeux noirs qui regardent fixement, et des cheveux tout plein la tete! Elle a pleure 10 secondes a peine et maintenant, est la allongee, douce et calme. On ose la toucher, je glisse un doigt dans sa main, sa petite main fripee (les bebes nes après terme ont toujours la peau tres seche me dit on), et je lui dis que je suis tellement heureuse de la rencontrer.

Et la, enfin, je perce le mystere du fameux “Ca fait mal, tu oublies tout quand tu tiens ton bebe”… On oublie tout en effet… Ca s’expliquerait par un pic de production d’endorphine qui vous balancerait en ¼ de seconde de la porte des enfers aux jardins du paradis. Quoiqu’il en soit, une fois Amayah dans mes bras, il ne resta plus dans mon coeur qu’un intense Bonheur, et un pur sentiment de plenitude. La regarder, lui sourire, contempler ses beaux cheveux, halluciner sur ces grands yeux brides et cette bouche enorme, apprecier la serenite qui se degageait de ce petit etre et nous dire que nous avions fait le plus beau bebe du monde, ont ete nos premiers moments avec elle.

Bienvenue mon coeur!

Bienvenue mon coeur!

The Fam

The family

 

Apres papa et maman, Amayah rencontre sa mamie, qui la prend dans ses bras, la marque du signe de la croix et lui chuchotte au quelques mots que je n’entendrai pas, mais que je devine: Bienvenue ici Princesse Amayah Marie, que Dieu te benisse!

 

Stavanger, Lundi 12 Octobre 2009

Stavanger, Lundi 12 Octobre 2009

 

  

P.S: Au passage, le papa a gentiment decline l’invitation a la coupure du cordon (trop d’emotions a la fois pour mon Scandinave hein, faut pas pousser!), il a fallu toussoter pour delivrer le placenta que je me suis bien gardee de regarder, et oui, hem hem, j’ai eu droit a quelques points de suture ici et la, rapport a ce que 3.365 kgs/51 cm, ca passe pas comme ca dans une zezette sans causer quelques degats! Mais ca bien sur, c’est le lendemain, lorsque je suis redescendue de mon nuage mi endorphinique mi anesthesique, que j’ai eu le temps de m’en rendre compte, j’avais l’impression d’avoir saute du 4e etage et atterri en grand ecart. Heureusement qu’elle est chouette hein ma fille!

 

P.P.S: C’est le 100e article de ce blog! Je suis un peu emue, il faut dire! Merci a vous, tous et toutes de me tenir compagnie lors de ces longs monologues, et de partager un petit bout de vie avec  moi, nous et eux! Grosses bises!

 

19 commentaires

  1. Justine dit

    Oh la! la! … Je ne sais pas si ça me terrorise où si ça me donne envie …

  2. OH MON DIEU.
    Je viens de lire tout ton récit, j’en retenais mon souffle.
    j’en ai les larmes aux yeux dis donc.
    J’ai tout vécu avec toi là.
    C’est tellement bien écrit.
    J’ai vécu ton émotion, ta douleur, ta joie.
    TOUT.
    Je te jure.
    j’en ai encore le souffle coupé.
    Wahouh !
    ACCOUCHER. Putain, c’est fou ce truc quand même.
    J’ai hyper peur d’accoucher moi en fait.
    Halala, j’aime tes récits ma Cynthia, ça m’avait manqué…
    Montre nous sa petite choupe, elle a du bien grandir maintenant déjà !

  3. verycynthia dit

    @Justine: Mais Justine, malgre la douleur, c’est quand meme troop de bonheur!!! Bon apres, c’est vrai que je serai forcement plus effrayee a mon 2e accouchement, maintenant que je sais… En meme temps, tu vois, je pense deja a un 2e :D!
    Bisous

  4. Hélène dit

    Très émouvant, j’en avais moi aussi les larmes aux yeux!
    Mais comment se passe le retour à la maison? L’allaitement est très prenant n’est ce pas? tu tiens le coup!
    Courage!!

  5. aunaa dit

    c’est bien détaillé dis donc et tu le raconte à la fois poétiquement et réalistement..bah ça me donne envie d’avoir un bébé rien qu’à moi tout ça
    question bête,les contractions sont elles l’équivalente de celles qu’on a lors des règles douloureuses?enfin en plus douloureuse ou vraiment rien à voir?(une amie qui a accouché me l’a dit mais bon peut être était ce juste elle)

    Sinon gros bisou à toi et ta petite puce

  6. J’ai tout lu aussi, tu m’as tenu en haleine, c’était terrible!
    Bon ca va que tu trouves assez de recul pour le raconter, moi je crois que j’aurais du mal si tout ca m’était arrivé d’un seul coup-ca va mieux « down there » au fait??!

  7. DaShine dit

    pfiouuu, je suis entre trois mouchoirs et deux éclats de rire;c’est magnifiquement bien narré. mais euh, humm si je te dis que j’ai eu mal « avec toi » là, en le lisant…pleins de bénédictions pour ta famille toute entière.
    bises.

  8. TROP EMOUVANT et si bien raconté!!!
    ah la la que de bons souvenirs d’etre maman hein!!
    Le pire pour moi ont été les contractions et apres à la maison avec mon homme, on était un peu perdus il nous a fallu 2 bonnes semaine pour être bien à l’aise et moins stressés de mal faire.
    Bisous et bravo pour ton recit😉

  9. Bravo pour cet article! C’est très émouvant, j’avais également les larmes aux yeux. Je ne sais pas si je pourrais faire de même, je ne sais pas, ça fait tellement peur!

    Toutes mes félicitations ma belle! Tu es magnifique! Ta petite princesse également!

    Bisous

  10. olga dit

    Salut c’est la premiere fois que je viens sur ton blog ton article m’a aussi émue c’est dingue tout est si bien raconté ! en tout cas moi ça me fait super peur !!ma soeur elle, a acouché en 1/4 d’heure aucune douleurs ni rien alors je me disais « ouf » mais après avoir lu ton « aventure » a toi je me dit  » oooooulala »😉
    en tout cas bienvenue à ta petite fille! bcp de bonheur!

  11. c’est touchant et très bien écrit ! j’avoue que j’ai senti poindre une larme….
    ça me donne presque envie d’avoir un bébé
    mais qui ne pourra pas avoir le plus beau prénom au monde puisque tu l’as déjà pris🙂

  12. Merci pour ce moment d’émotion si intense, j’en tremble presque, merci de partager cela avec nous … merci …

  13. C’est tellement beau! J’en avais les larmes au yeux!!
    J’ai l’imprssion d’avoir accouché en même temps que toi!
    SUPERBE!!
    Féliciation et merci pour ce moment d’émotion!

  14. très jolie façon de raconter tout ça, féliciations et que votre aventure commence.::::

  15. verycynthia dit

    A tous: Merci beaucoup! Je suis super contente que le recit vous ai plu! J’avais un peu hesite a partager cela, peur du cote exhib en quelque sorte, mais la memoire etant ce qu’elle est, je me devais de garder tous les details par ecrit car c’est une experience que je ne veux jamais oublier!

    @Sweetmilk: Merci ma poule!!! Je t’avoue que j’ai moi meme retenu quelques larmes en ecrivant!!!
    Et sinon, n’aies pas peur, toute ma grossesse, je me suis bien gardee de penser au moment de l’accouchement… Partant du principe que la douleur en couches ne pourra rien te faire de plus que te faire mal!!!

    @Helene: Oh les 2 premieres semaines a la maison, je me sentais comme une pile electrique. Je debordais d’energie et me rendais pas compte qu’il fallait me poser. La je t’avoue que je commence a le regretter, mais bon, j’ai une maman 4 etoiles qui m’aide pour absolument TOUT, du coup, je tiens le coup!
    L’allaitement se passe super bien, si on ignore la douleur des montees et les tetons tortures! Amayah tete beaucoup et regulierement et je produis beaucoup de lait!
    Pourvu que ca dure!!!

    @Aunaa: Merci, ca me fait tres plaisir!
    Pour les contractions, je dirai oui, c’est le meme type de douleur, l’intensite quant a elle est bien differente. Apres selon les femmes, la douleur est ressentie a des endroits differents… moi j’avais tout dans le bas du dos, ma maman me disait qu’elle ressentait surtout la douleur tres bas dans le bassin a ses accouchements…

    @Baraginie: J’ai eu beaucoup de chance tu sais! Malgre la douleur, j’ai quand meme eu un accouchement bien facile, des contractions tres regulieres et assez intenses pour plier le tout en 2/4/6, et pas de complications pour te faire flipper ta race alors que bebe est coince entre zezette et terre!
    Beaucoup de femmes ont malheureusement une experience moins « heureuse » que ca… Genre ma maman qui s’est tapee moi en siege, et ma soeur en transverse, je ne te raconte pas!!!
    Sinon « down there », sigh… Je n’ai plus mal, mais suis pas encore completement cicatrisee… donc disons qu’a chaque fois que je me laisse tomber sur le canape, je pleure!!!😀

    @DaShine: Hehe, merci!!! Je suis contente de pouvoir en rire aujourd’hui! Grosses bises a toi!

    @Joyce: Oh oui les contractions, c’etait ca le pire pour moi aussi.
    Le retour a la maison s’est fait en douceur pour nous, disons que pour le moment, on est un peu des parents stagiaires😀 rapport que la mamie assure un max! Du coup l’OM n’a jamais meme change une couche,mais j’imagine le stress que ca serait si on etait seuls a tout gerer!
    Bisous a vous!

    @Madeleinemiranda: Merci darling! N’aies pas peur, et surtout ne te pose pas trop de questions, la nature est trop bien faite! Xo

    @Olga: Oh la veinarde!!!!!!!!!!! Tu vois, ca depend vraiment de chaque femme! Prie pour qu’il n’y ai pas de complications, la douleur, on peut encaisser, mais le stress, ca te prend vraiment la tete.
    Bienvenue!!!!!

    @Jack: Merci mon Jack!!! Oh oui j’aimerais bien que tu aies un bebe… avec qui tu sais! Heinn?
    Xxoo

    @Marieand: Oh mais de rien! Je suis vraiment heureuse que tu l’apprecies.

    @TheBiche: Merci merci merci!!! Du fond du coeur!

    @virjmummy: Merci beaucoup, et oui on tachera d’en profiter, ca grandit trop vite ces petites bestioles!!!

    Enormes bisous a tous et toutes!!!!

  16. Pingback: B’day girls! « VeryCynthia

  17. Softy dit

    Je viens tout juste de découvrir ce récit qui m’a fait traverser toutes sortes d’émotions c’est comme si j’y était!
    J’ai souri, j’ai eu mal pour toi (d’ailleurs à ce moment là je me demandais si j’allais pas adopter!).
    Mais à la fin on ressent la joie et toute cette tendresse, à ce moment là on se dit que ça en vaut surement la peine.

    Félicitations (bien tard) et Amayah quel beau prénom!!

  18. la prescriptrice dit

    du coup en lisant le com’ d’une de tes lectrices je me suis dit » nan, elle a pas fait le récit de son accouchement »! et si, et quel bonheur….bien que chacun soit différent, tu m’as transmis une décharge de bonheur : mes poils se sont hérissés et j’en ai eu les larmes aux yeux. du coup je pense que je vais moi aussi l’écrire dans un carnet, pour garder bien au chaud ce fabuleux souvenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s